Une Photo Pour La Fashion Revolution

2014_04_22#1

Ce jeudi 24 avril, anniversaire du drame du Rana Plaza, c’est le moment d’exprimer votre désir de prendre part à la révolution de la mode. La Fashion Revolution commence avec les instantanés ‘selfies’ de vous et moi, pas forcément blogueuses mode, qui dévoilent les étiquettes de leurs vêtements : voyez celui de Julie. Lire la suite

Campagne Aigle ‘Miss Juliette’

2014_03_24#1

Vu dans Madame Figaro la semaine dernière : la campagne Aigle pour la botte Miss Juliette (visuels Le Biscuit).

Vous vous souvenez des belles images d’Aigle, Pour la réintroduction de l’homme dans la nature ou At home in nature ? La marque continue à jouer avec ces codes avec la botte Miss Juliette. Toujours de longues jambes mais la boue a disparu : les chatons jouent sous la pluie et font du charme à la jeune femme urbaine et chic.

2014_03_24#2

Paris Londres Tokyo Nature. Bottes en caoutchouc confectionnées à la main en France. Au-delà des images qui ne détonnent pas dans un magazine féminin, le travail sur les mots est poursuivi. Le premier ancrerait Aigle dans la nature mieux que dans toute capitale européenne ou nippone. La nature serait inspiratrice et accueillerait presque en son sein les bureaux où travaillent ses designers et ses comptables. Le second souligne l’origine française des petites mains qui réalisent ces bottes. Ce n’est pas tout à fait les portes ouvertes de LVMH ou l’aventure Repetto mais l’esprit est semblable. Finalement, cette campagne en dit peu (ce n’est ‘le caoutchouc est le nouveau bois’ pour parodier Daddy) mais elle en dit suffisamment pour qu’Aigle reste une des marques les plus nature, eco-friendly parmi les annonceurs dans les pages glacées des Madame Figaro et consoeurs.

Et puis, il y a l’effort de storytelling, l’envie de raconter une histoire Made in France avec des artisans appelés maîtres caoutchoutiers. Une belle vidéo met leur travail en image. On aurait pu imaginer un travail sur l’origine du caoutchouc, et la gestion des hévéas au Brésil ou dans un pays de ces latitudes. Sans assertion environnementale, le message est orienté vers le savoir-faire, la mise en valeur de métiers artisanaux/industriels qui sont porteurs d’emploi. Un héritage on ne peut plus actuel.

Le Vert Est Le Nouveau Rose

2014_03_11

Image Dans le collimateur

Daddy, la marque de sucre à la boîte rose, est maintenant verte. Daddy mettait du rose dans les idées, maintenant la marque revendique un emballage plus respectueux de l’environnement, avec 90% de plastique (polymère) d’origine végétale. Un environnement Bisounours sur nos abribus depuis mercredi pour vanter une demi-avancée, dans la bonne humeur. En effet, mieux vaut utiliser un emballage à base d’énergies renouvelables que d’énergies fossiles. Mais le meilleur emballage est celui que l’on ne produit pas – le sucre en vrac, sera-ce la prochaine étape des équipes r&d de Cristal Union ?

Le Voyage Des Tomates De Mutti

2014_02_28

Salon de l’Agriculture oblige, entre agroécologie et biotechnologies végétales, Marie-Monique Robin et Marc Fellous, parlons communication de l’industrie agroalimentaire. Vous avez certainement vu cette publicité dans les pages de Femme Actuelle ou de Marie-Claire. C’est dans un numéro de Marie-Claire Maison de l’été 2013 que je l’ai recroisée et j’ai envie d’en reparler ici, même si la saison ne s’y prête pas, ou plutôt surtout si la saison ne s’y prête pas. Parce que Mutti nous fournit en purée de tomates même au cœur de l’hiver alors que la tomate est à maturité en août.

Cette publicité présente une vision quelque peu édulcorée de la production de la tomate en jouant sur la corde authentique et traditionnelle – et l’italianité. Mais c’est juste une belle image, un poil Madeleine de Proust, qui ne dit pas que, commercialisation oblige, la grande majorité des tomates que nous mangeons est issue d’hybrides créés pour leurs qualités de résistance au temps et au transport plus que pour leurs qualités gustatives et nutritionnelles. Lisez plutôt l’excellent A la recherche des plantes oubliées, éloge de la biodiversité de Stefano Padulosi et ne manquez pas le chapitre "Le goût de la tomate".

Metropolis

 

Dans cet environnement urbain, aucun slogan n’est distillé en faveur du commerce équitable ni de la gestion raisonnée des ressources naturelles. Et pourtant les baskets Veja sont issues d’un projet éthique, engagé. Les branchés du développement durable créaient vraiment un avenir plus désirable et ça marche : la preuve, on regarde le produit avant son étiquette.

Campagne Pulse EDF

2014_01_15

Vous avez sans doute pu voir la dernière campagne d’affichage d’Edf les derniers jours de 2013. Je l’ai croisée au moment où l’on fait une liste de bonnes résolutions et où l’on se dit que l’année qui va commencer sera sans doute meilleure que l’année qui termine. Perso, j’ai toujours beaucoup d’idées d’endroits à visiter, de petits gestes du quotidien à modifier, des gens à rencontrer et c’est ma façon de vivre le progrès à mon niveau. De petits progrès à mon petit niveau, en somme.

Voilà pourquoi "Le progrès, il faut le croire pour le voir" est parfaitement trouvé pour le passage d’une année à l’autre. Et l’on commence à imaginer 2014 avec plein d’éoliennes et de l’énergie propre à gogo qui alimentent des projets qui révolutionnent nos vies – cf Pulse, le site dédié. Pourtant, comme je le disais à propos de la campagne "Ma Maison Bleu Ciel", c’est comme si cette définition du progrès passait forcément par davantage de technologies et de constructions sans faire avec l’existant.

Deuxième implication : la réaction de l’Apôtre Thomas est renversée et ceux qui n’ont pas la foi dans ce progrès peuvent repasser. Pourtant, ils sont un certain nombre ceux qui contestent le progrès selon Edf, entre autres Greenpeace. Alors, plutôt que de rêver avec Pulse, je m’instruis avec l’Abécédaire de la transition énergétique. Et vous ?

L’Epiphanie Selon Picard

2014_01_06#1

Bonne année et bonne Épiphanie !

J’aime beaucoup cette tradition de la galette des rois et évidemment la réclame de Picard sur nos abribus pour sa galette 6 parts à 5,90€ a attiré mon attention… une galette pas chère et, d’après les palais d’On va déguster, d’une qualité et d’un goût tout à fait acceptables. Pas de question sur l’origine des amandes (certainement ni de Provence ni équitables), du beurre et de la farine (probablement ni bio ni locaux) en revanche ; seulement une interrogation quant à la mention "arôme naturel" qui figure à la fin de la liste des ingrédients. Encore une fois l’argument prix prime pour démocratiser la galette, au détriment de l’histoire et du parcours de ses composants.

2014_01_06#2

Si toutefois l’argument prix Picard n’est pas prioritaire pour le choix d’une galette, vous pouvez toujours la préparer vous-même ou mieux vous orienter vers une galette avec des ingrédients bio en suivant les conseils de Julie. Bon appétit aux rois et aux reines !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 53 followers