Archives de avril 2011

Shizen, Féminin Ethique Et Pas Toc

Je ne vais pas parler pub mais vous raconter une rencontre. Parce que ce blog est fait d’images mais aussi de rencontres avec des pros et des passionnés qui s’activent et donnent envie de s’engager avec eux. Shizen est l’une de ces rencontres.

Il y a deux ans, je réponds à un questionnaire sur la création d’un magazine féminin décalé et divertissant autour des valeurs écolo. J’y répond et j’échange quelques mail avec Carol, aujourd’hui rédactrice en chef. Au fil des mailings, je vois que l’idée fait son chemin et le projet prend forme. Je me manifeste pour y apporter ma plume et je retrouve Juliette, rédactrice en chef adjointe qui a fréquenté comme Carol – et comme moi – la rue de Saporta. On papote place du Sanglier. On parcourt les premiers numéros imprimés sur papier recyclé, petit format, des brèves, des articles de fond, de la légèreté, de la réflexion, et tout cela conjugué au féminin. On continue à échanger par mail avec Flo et Julie.

La version papier du magazine fait une pause pendant l’hiver pour mieux repartir au printemps et fêter sa première bougie, tandis que le blog vit au fil de chroniques variées. Pour moi qui suis fan de papier – glacé et journal – un magazine de ce type est un oéni (ndlr : objet éditorial non identifié). Pas de grands annonceurs comme dans les grands magazines féminins et – logiquement – pas d’appel du pied à renouveler périodiquement sa garde-robe et refaire sa déco avec les produits de ces mêmes annonceurs. Le modèle se construit davantage sur le bouche à oreille, pour ceux qui veulent lire quelque chose de différent. Feuilletez pour voir.

J’avoue, j’avoue, c’est facile de tirer sur l’ambulance vu que je ramasse à peu près tout ce qui est en papier pour alimenter mes carnets et mes collages. L’Express Style, Elle, Grazia etc. Mais un peu de changement fait du bien, particulièrement quand on est face à une alternative éditoriale de l’espèce de Causette.

Après Cezame, Audrita et autres blogueurs partenaires, à mon tour de vous proposer de recevoir Shizen chez vous. Laissez-moi un commentaire avant vendredi 6 mai sur votre idéal de la presse féminine : les 3 réflexions les plus originales donneront à leur auteur un abonnement d’un an à Shizen. Joyeuse bougie Shizen !

Lire la suite

Nouvelle Campagne Aigle "At Home In Nature"

Je rebondis sur la note sur Paris Com Light qui tire un bilan plutôt sévère de la campagne printemps été. De la réintroduction de l’homme dans la nature à At home in nature, le glissement des codes est discret mais risqué. La posture de l’animal évolue, d’être à protéger à objet esthétique (attention à ne pas virer bucolique façon Tetra Pak). Aigle aurait intérêt à corriger le tir pour éviter de se faire taxer de greenwashing. Et continuer à nous faire voir des clichés qui sortent de l’ordinaire, des savanes africaines aux plages basaltiques type Giant’s Causeway… Lire la suite

Buy Less, Choose Well (Retour Sur La Collection Conscious d’H&M)

Après Garden, voici Conscious. H&M livre une collection "durable" pour le printemps. L’opération de com’ débutée en février est sans comparaison avec toute campagne pour des vêtements bio et recyclés : les défenseurs du vêtement bio ont grogné. La campagne de grande ampleur mettant en scène Natasha Poly, brunette tout de blanc vêtu sur un fond de ciel bleu, n’a pas apaisé leurs critiques.

Je suis allée en boutique pour toucher les tissus et étudier les étiquettes et j’ai trouvé une collection printanière plutôt attirante. La question reste toutefois de savoir de quelle chaîne de production et de distribution cette collection est issue. Elle me semble simplement remplacer la matière première coton ou polyester par du coton bio ou du polyester recyclé à prix équivalent sans soulever le vrai débat : pourquoi le vêtement bio, quel est son coût et quel prix je veux bien lui accorder ?

L’enjeu reste résumé par le slogan ‘buy less, choose well’ ainsi que l’exprime Vivienne Westwood dans l’Express Style :

Vous plaidez depuis longtemps pour une consommation raisonnée, avc le slogan Buy less, choose well. Que pensez-vous du rythme actuel de la mode, qui multiplie les collections jusqu’à l’excès ?

C’est une frénésie effrayante, qui encourage à créer trop de produits pour susciter toujours plus de consommation. Les gens achètent des choses dont ils n’ont pas vraiment envie. Mon conseil, "Achetez moins, choisissez mieux", peut paraître démagogique dans la mesure où je vis de la vente de mes vêtements. Mais je suis convaincue de cette nécessité. Il faut privilégier la qualité à la quantité. Je mets moi-même certains vêtements depuis trente ans !

Petite dédicace – Merci à Ludivine de Peau Ethique, Clovis de Quatrues et Seb de Laspid pour nos échanges et leur travail de pionniers.

Green Girls En Vogue

Etonnant ce Vogue d’avril – parfait pour ouvrir ma revue d’images à l’occasion de la Semaine du développement durable. J’ai observé cette semaine l’aspect visuel de la chose, en regardant publicités, photos et logos estampillés DD, à la recherche de formes de communication percutante et créative. J’ai aimé l’image du végétal qui reprend ses droits sur Faut-il manger de la viande et les tournures savoureuses de la dernière campagne RTL. Le Point a fait un numéro spécial où des articles de fond côtoyaient de la réclame dont la vertu peine à convaincre, type Ikea ou Le béton naturellement de la filière ciment/béton. Cette semaine s’était parée de toutes les nuances de vert pour l’occasion.

Mais revenons aux pages glacées de Vogue remplies de publicité pour des vêtements et accessoires tous plus beaux les uns que les autres. Ce numéro qui illustre bien des paradoxes de notre mode de vie, est une invitation à voyager léger, dans des coins isolés et dépouillés du superflu. Sasha Pivovarova se la joue green girl et Emmanuelle Alt, pour la première fois aux commandes du magazine, signe un édito qui exprime "l’art de nous faire regarder un paysage familier avec de nouveaux yeux" : Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 68 autres abonnés