Revue De Presse # Home, De Yann Arthus-Bertrand

Home est diffusé à partir d’aujourd’hui, journée mondiale de l’écologie, au cinéma, en DVD, sur Internet et à la télévision, avec l’objectif de 100 millions de spectateurs dans le monde. Un pari audacieux pour la sensibilisation au développement durable, annoncé il y a un an. Avant d’avoir vu le film, je remarque que le plan média dont il bénéficie est considérable :

Plusieurs conférences de presse, la première le 5 juin 2008, qui ont expliqué la démarche du partenariat entre Yann Arthus-Bertrand, Luc Besson et PPR ; une bande-annonce qui fait appel au sens esthétique et écolo, à l’image des réalisations précédentes du photographe ; une forte présence dans les magazines du mois de juin, d’une interview de François-Henri Pinaut dans Vogue Paris qui fait le lien entre luxe et développement durable, à un reportage-photo dans le mensuel pour enfants Wapiti ;  Luc Besson interrogé par Colombe Schneck sur France Inter à propos de son travail de production ; des cartes (Boomerang en Belgique) annonçant que « Nous avons tous rendez-vous avec la planète le 5 juin »…

Je viens justement de lire un essai qui s’appelle A qui profite le développement durable qui pointe du doigt le « matraquage médiatique » généré par les ONG environnementales et certains groupes en quete de produits « vert…eux ». Son auteur, Sylvie Brunet, les accuse de culpabiliser les consommateurs à force de chiffres alarmistes et autres photos percutantes et cite notamment l’exemple de Yann Arthus-Bertrand. Cet accent sur la préservation de la Nature et sur le principe de responsabilité me rappelle le cours d’histoire des idées politiques, où l’écologie politique était vue comme une régression plaçant les intérets de notre environnement avant ceux de l’humanité. Verdict ce soir à 20h40 sur France 2 !

êe

4 réflexions sur “Revue De Presse # Home, De Yann Arthus-Bertrand

  1. MaRong dit :

    Raconte !
    Ici, pas d’accès à YouTube… le film est passé au centre culturel français mais j’étais au bureau sur ces horaires là. Dis m’en plus !

    • thegreenwasher dit :

      De très belles images, un réel talent de photographe pour Yann Arthus-Bertrand. Les commentaires m’ont moins plu : j’ai trouvé le choix des mots orienté, façon « regardez notre planète qui n’en a malheureusement plus pour très longtemps » et je trouve dommage de faire peur aux gens, de désigner des responsables, comme si le réchauffement climatique et les problèmes de pollution, déforestation, surconsommation étaient des faits bruts pour lesquels il y aurait un consensus scientifique. Il n’y a peu d’actions politiques concertées, c’est vrai, mais c’est probablement à cause des nombreux intérets en présence. Si les industriels du secteur cosmétique font pression pour davantage défricher Bornéo, c’est parce que toi et moi achetons des produits Dove. S’il y a d’immenses espaces destinés à l’élevage de bovins, c’est parce que nous trouvons naturel de manger de la viande une fois par jour.
      Ce que je trouve dingue c’est que ce film a l’air d’avoir pesé sur le résultat des élections européennes… Cohn-Bendit s’est distingué dans cette campagne et, à 48h du scrutin, les défenseurs de la nature bénéficient d’une programmation qui attire 8 millions de spectateurs sur France 2, spectateurs sans doute fascinés par les images et enclins à agir… dimanche, Europe Ecologie remporte presque autant de voix que le PS !

  2. J’ai également vu ce film et je ne partage pas « le choix des mots orientés »
    Le film, en dehors de la puissance des images, veut nous faire comprendre la position de l’auteur, car, s’il est évident que nous sommes conscients des intérêts industriels et politiques, il faut ajouter que cela ne change en rien les comportements. C’est pour cela que la projection saisissante de tout ce qui se passe sur la planète a plus d’impact que les quelques avertissements passés dans les médias. Ce dont parle et montre Yann Arthus-Bertrand est dénoncé depuis longtemps dans les bonnes revues scientifiques qui sont malheureusement peu prisées par la plupart des gens.
    Quant à l’impact sur les élections européennes, je joins ici un article d’un journal : le Parisien.

    -La diffusion du film « Home » sur France 2, vendredi soir, a-t-elle joué un rôle dans le score historique obtenu par Daniel Cohn-Bendit dimanche ? C’est la thèse défendue par certains rivaux du leader écologiste, notamment au Front national et au MoDem de François Bayrou. Réalisée par le photographe Yann Arthus-Bertrand et produite par Luc Besson, cette ode à la Terre, véritable cri d’alarme contre les dangers du réchauffement climatique, a été regardée par 8,3 millions de personnes (33 % de part de marché).
    Un très beau score. Le débat qui a suivi « Comment sauver la planète » a encore regroupé 3 millions de téléspectateurs.

    A moins de deux jours du scrutin, n’aurait-il pas été plus équitable de déprogrammer le documentaire ? « Non, répond-on sans hésitation à France Télévisions. Le film a été vu au même moment un peu partout dans le monde dans le cadre de la Journée pour l’environnement. Il n’y a qu’en France où l’on imagine on ne sait quel complot. Avant vendredi, des sondages confidentiels montraient une progression de Cohn-Bendit et un tassement de Bayrou. » Directeur du département opinion à l’Institut CSA, Jean-Daniel Lévy se montre prudent : « Oui, cela a pu influer sur le vote de dimanche, mais uniquement parce qu’il y avait un terreau favorable. Quoi qu’il en soit, l’impact est difficilement quantifiable. »

    Ravi qu’on parle de son film, Yann Arthus-Bertrand balaie la polémique : « Je ne connais pas Cohn-Bendit, je ne connais pas Eva Joly, mais si j’ai contribué à faire voter écolo des gens qui hésitaient j’en suis ravi. » Accepterait-il un poste, une mission si Nicolas Sarkozy avec lequel il s’entend bien le lui proposait ? « Non, jure-t-il. J’ai une trop grande gueule, je ne suis pas fait pour ça. Et Borloo est un excellent ministre de l’Environnement. »

    • thegreenwasher dit :

      Quand je parlais de choix de mots orientés, je voulais dire que c’était un film qui faisait appel aux sentiments et aux émotions. D’une part c’est un film aux séquences saisissantes – on dit qu’une image vaut mille mots ; d’autre part, c’est un film qui interpelle avec des mots forts, presque des slogans, en laissant croire que la réalité est une et indiscutable alors qu’il y a des nuances dans chaque situation !
      J’aime beaucoup la réponse de Yann Arthus-Bertrand dans le dernier paragraphe de l’article que tu cites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s