In The Mood For Green (Fashion)

2009_07_09

Collage The Greenwasher

Le vent de sustainability continue de souffler dans l’industrie de la mode. Dans le dernier numéro de L’Edito, Cyril Blin de Belin cite les marques APC, Uniqlo et Vivienne Westwood qui récupèrent des vêtements usés et proposent des objets recyclés. Le sac Eco Ferragamo ci-dessus est fabriqué selon la technique du tannage végétal, à partir de tanin d’écorce de bois. Magnifique. 

Chris Mac Donald que je mentionnais hier, identifie plusieurs défis pour la responsabilité sociale et environnementale du secteur du luxe, alors que le développement durable est en lui-même un luxe et implique une disposition à payer plus. Ce qui est essentiel, c’est la place des tendances, des valeurs, de la notoriété, de la réputation. Ayant un positionnement de niche, l’engagement des marques de luxe doit être total, les promesses cohérentes, la démarche responsable et transparente. Bien. Je surveille la prochaine collection Salvatore Ferragamo !

4 réflexions sur “In The Mood For Green (Fashion)

  1. Bonsoir,
    Tu affirme que le développement durable est en lui-même un luxe. Je ne suis pas d’accord. Bien sur tout dépend comment on définit la notion de luxe. Mais pour moi le luxe est synonyme d’abondance, de superflu. Le luxe utilise des matières nobles, le luxe c’est l’or, le pétrole… Le luxe va donc pour moi complètement à l’encontre du développement durable. Qu’en pense tu?

  2. thegreenwasher dit :

    Tout dépend de la définition du luxe c’est vrai. Au niveau individuel, s’informer, bien choisir, évaluer, reste aussi un luxe mais le développement durable, ce n’est pas du superflu. Au contraire, il implique de changer et d’innover. Sylvie Brunet dans « A qui profite le développement durable ? » montre que les techniques vertes dans l’agriculture et l’industrie ne sont pas à la portée des les pays émergents. De fait, l’utilisation des cleantechs favoriserait les entreprises qui ont les moyens de changer.

    Erik Orsenna écrit que le développement durable est moins un luxe de pays riches qu’une réaction nécessaire à la rareté. Je trouve que c’est assez juste.
    https://thegreenwasher.wordpress.com/2009/07/01/les-voyages-derik-orsenna/

  3. MaRong dit :

    Le développement durable c’est du luxe si on refuse de changer ses habitudes : manger tout bio en continuant à acheter des biscuits ou des boissons et ne rien faire maison, ou bien acheter des vêtements tous les mois et en changer souvent au lieu d’investir dans de belles pièces qui dureront.
    « Tout comme avant mais en vert », c’est sur, c’est cher !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s