Pêle-Mêle Cosmétique Autour De Santa Maria Novella

Vanity, Garance Doré

J’ai beaucoup lu de magazines féminins ces derniers temps et scruté le traitement des cosmétiques naturels, bio, équitables. La liste des gammes labellisées des marques grand public s’allonge – Timotei Organic Delight en France et Organic+ en Chine en sont le dernier exemple – le créneau se porte bien, tandis que la mention sans paraben est devenue un passage obligé, parfois décrié. Malgré des évolutions dans les formulations des produits perceptibles ces dernières années, la communication des marques évolue peu, et finalement se ressemble d’une campagne à l’autre. L’argument naturel est quelque peu galvaudé à force d’être partout.

Alors je regarde aussi des marques de niche, celles qui ont une identité forte, des valeurs qui inspirent et des origines qui font rêver, bref qui évoquent une Madeleine de Proust. J’étais au centre de Lyon dernièrement, défiant les éléments glaciaux, pas particulièrement disposée à flâner et me retrouvée congelée. Une devanture de boutique peu ordinaire : rue de la Charité, une officine, avec une vitrine hors du temps, des produits soigneusement rangés, un fauteuil, des étoffes précieuses. J’avais croisé cette enseigne plusieurs fois au fil de mes lectures de blogs beauté sans forcément avoir envie d’en franchir le seuil. Mon indifférence a disparu à la vue de cet écrin de boutique… Officina Profumo Farmaceutica di Santa Maria Novella vient de Florence et fête ses 400 ans, quatre siècles de préparation de pots pourris, d’eau de cologne, de crèmes, de lotions et de talc.

Rien d’écolo dans la démarche, ou en tous cas pas d’argument vert mis en avant. Juste un storytelling bien huilé qui renvoie aux siècles passés où des dominicains florentins de Santa Maria Novella étaient garants de la fabrication de préparations parfumées curatives. Aujourd’hui la marque n’appartient plus à l’Eglise mais perpétue cette ligne hors du temps, fabriquée à Florence. J’aime cette continuité dans le temps et dans l’espace, c’est en priorité ce que je recherche aujourd’hui dans les produits, cosmétiques et pas seulement. Ce doit être mon goût pour les petites histoires, et aussi l’influence en arrière plan du discours du Made in France tantôt obsession protectionniste, tantôt vraie bonne idée de s’interroger sur ce qui peut être produit localement. On change de pays et se pose la question du Made in Italy, mais l’idée est la même : l’attrait pour l’objet qui a des racines, la recherche de produits qui nous accompagnent au quotidien sans être transparents et héritiers de savoir-faire centenaires.

5 réflexions sur “Pêle-Mêle Cosmétique Autour De Santa Maria Novella

  1. le travail des marketeurs a du être facilité par la nature du produit, de l’entreprise. Ils sont restés fidèles à leurs racines tout au long de ces 400 ans. Ils n’ont pas cédé à la tentation de faire du comme-tout-le-monde. L’authenticité d’une marque, un discours vrai, c’est ce qui plaît au consommateur aujourd’hui

    • thegreenwasher dit :

      Oui, les marketeurs ont bien compris que c’est une marque de niche et qui doit le rester, faute de quoi elle perdrait son identité, sa communication et son packaging (et son prix, ndlr) devenant comme tout le monde. Santa Maria Novella ne se trouve d’ailleurs pas chez Séphora.

  2. Whaaaa, leurs produits sont sublimes ! Les objets en céramique et en argent sont à tomber ! Je ne connaissais pas… et j’approuve !
    Dans le plus classique Bio, j’ai découvert dans mon magasin bio la marque Dr. Organic dont je teste actuellement un shampoing, un savon et une crème pour le corps. Et je ne suis pas prête d’en changer, car ces produits sont vraiment extra !! Les textures, les odeurs, l’efficacité… j’aime l’idée que le bio dépasse vraiment en qualité les marques traditionnelles.

    • thegreenwasher dit :

      Les produits Santa Maria Novella sont des objets auxquels on donnerait plus d’importance que des cosmétiques classiques… J’ai dans la salle de bains le shampooing douche au musc qui côtoie sobrement mais aristocratiquement une crème douche The Body Shop… rien à voir au niveau du packaging ni au niveau formulation (pas bio).
      Je ne connais pas Dr Organic, tu as trouvé ça à Budapest ?

  3. kykusse dit :

    L’Eglise a bien fait de lancer ces produits…
    L’Eglise a bien fait de passer la main !!
    Il arrive, quelquefois, que l’Eglise fasse bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s