Campagne Pulse EDF

2014_01_15

Vous avez sans doute pu voir la dernière campagne d’affichage d’Edf les derniers jours de 2013. Je l’ai croisée au moment où l’on fait une liste de bonnes résolutions et où l’on se dit que l’année qui va commencer sera sans doute meilleure que l’année qui termine. Perso, j’ai toujours beaucoup d’idées d’endroits à visiter, de petits gestes du quotidien à modifier, des gens à rencontrer et c’est ma façon de vivre le progrès à mon niveau. De petits progrès à mon petit niveau, en somme.

Voilà pourquoi « Le progrès, il faut le croire pour le voir » est parfaitement trouvé pour le passage d’une année à l’autre. Et l’on commence à imaginer 2014 avec plein d’éoliennes et de l’énergie propre à gogo qui alimentent des projets qui révolutionnent nos vies – cf Pulse, le site dédié. Pourtant, comme je le disais à propos de la campagne « Ma Maison Bleu Ciel« , c’est comme si cette définition du progrès passait forcément par davantage de technologies et de constructions sans faire avec l’existant.

Deuxième implication : la réaction de l’Apôtre Thomas est renversée et ceux qui n’ont pas la foi dans ce progrès peuvent repasser. Pourtant, ils sont un certain nombre ceux qui contestent le progrès selon Edf, entre autres Greenpeace. Alors, plutôt que de rêver avec Pulse, je m’instruis avec l’Abécédaire de la transition énergétique. Et vous ?

Publicités

Troublemakers

2013_11_19#1

Campagne Green my Apple de Greenpeace (2007 – déjà !)

Je n’aurais pas pu commencer à écrire sur ce blog sans mon fidèle MacBook, un modèle de 2007 qui m’a accompagnée 5 ans et demi, et maintenant le MacBook Air millésime 2013. J’avais même rédigé un petit billet sur ce blog en l’honneur de la marque à la pomme qui est l’objet de toutes les attentions dans ma famille. Mais voilà, ces machines fabuleuses subissent la dictature de l’obsolescence programmée et d’un marketing bien pensé. Résultat, on change d’iPhone, on renouvelle son MacBook et c’est le progrès.

A l’occasion des Prix Pinocchio, ce 19 novembre, les trublions Amis de la Terre apportent des éléments qui expliquent, en partie du moins, le succès d’Apple. Ils posent la question de la provenance de l’étain, métal indispensable à la soudure des puces des smartphones. L’enquête parue sur Basta ! et l’Observatoire des Multinationales est édifiante. Destructions environnementales et non-respect des droits des ouvriers dans la mine d’étain de Bangka en Indonésie forment un cocktail explosif, dont la communauté Mac ne se doute pas en travaillant sur les téléphones ou les tablettes simplissimes d’accès et d’utilisation. Pourtant, Apple ne semble pas pressé de travailler sur les conditions de travail de ses sous-traitants, ni de reconnaître, comme l’ont fait certains concurrents, qu’ils approvisionnent dans des sites miniers mis à l’index par les ONG.

2013_11_19#2

Mains sales, poches pleines : voilà la catégorie dans laquelle Apple est nominée pour les Prix Pinocchio. Étant fan de Mac et encore plus sensible aux coûts environnementaux et sociaux qui sont induits par mon Mac, j’ai voté ! Je suis certaine qu’il est possible de continuer à travailler chez moi avec ces belles machines légères et performantes sans entraîner à l’autre bout de la planète. Quelqu’un a dit : here’s to the crazy ones, the rebels, the troublemakers… Et si les tenants de communauté Apple devenaient fauteurs de trouble, perturbateurs, trublions ?

Du Vert Dans Les Oreilles

Oyez, oyez, des émissions radio qui sont passées cet été sur les thématiques environnementales. Voici une sélection de podcasts – France Inter en intraveineuse – pour alimenter votre réflexion.

Yann Arthus-Bertrand dans Ils changent le monde de Caroline Fourest sur France Inter. Ou comment poursuivre le débat sur la communication autour de la protection de l’environnement, coincée dans le dilemme du discours sans action et de l’action sans valorisation par le discours.

Dans la même émission, une rencontre avec Tristan Lecomte. Ou trouver la continuité entre le commerce équitable selon Alter Eco et des projets de reforestation aux quatre coins du globe avec Pur Projet.

Le Vert est vide en Russie, dans l’émission Le monde sur un plateau sur France Inter. Ou comment prendre conscience du prix de l’énergie assumé par le consommateur et le coût environnemental de cette énergie (à mettre en parallèle avec les actions récentes de Greenpeace en Sibérie dans la République de Komi ou en Mer de Pechora).

Enfin, pile dans l’actualité, l’intervention d’Arnaud Gossement dans le 5/7 de Dorothée Barba. Ou comment poser la question de l’intervention politique sur le prix des carburants alors que la taxe carbone a été abandonnée il y a quelques mois et que les modes de transport doux restent de l’ordre de la contrainte ou de l’utopie pour beaucoup.

Bonne rentrée en son et à très vite en images.

Eloge Des Vide-Greniers

We want furniture – WWF

Partant d’à peu près zéro question mobilier, je profite des vide-greniers des mois de mai et juin, saison propice aux trouvailles dépoussiérées à l’occasion d’un ménage de printemps. Il y a des gens qui font du développement durable à leur insu et des ingénieux type Ripe Green Ideas qui récupèrent et transforment. On peut y trouver de tout, le meilleur et le pire, mais c’est avant tout l’occasion de prendre le temps pour regarder, évaluer, jauger les objets et les livres exposés (liste non exhaustive) :

Madame Bâ du grand Erik Orsenna (qui conviendra parfaitement pour le chevet de ma soeur)

Un pupitre d’écolier (que j’imagine déjà en guise de petit bureau pour la chambre)

Un sac rempli de vaisselle dépareillée (qui remplacera justement les verres et les ramequins qui nous faisaient défaut)

Je me retrouve donc avec un joyeux mixte d’éléments qui ont vécu et d’autres tout juste sortis de l’usine. Mon joli pupitre qui a besoin d’un coup de peinture ne rougira pas de côtoyer une étagère Ikea sans la moindre rayure. La batterie de casseroles neuves ne manquera pas de faire de la place pour les ramequins de St Félicien réutilisés pour les crèmes brûlées et la panna cotta. Des bols marocains un poil ébréchés seront parfaits pour présenter l’apéro. J’aime bien ce pêle-mêle d’objets avec ou sans histoire(s), qui contraste avec les publicités aseptisées pour les enseignes de décoration et d’ameublement, que le WWF a parodiées avec la campagne We want furniture au mois d’avril. Des meubles, de la déco, de la vaisselle, oui, mais pas à n’importe quel prix !

Campagne Greenpeace « Petrol Addicts »

Sans transition avec ma note sur Areva, mention spéciale à la campagne Vivement la désintox lancée par Greenpeace le 29 janvier. Sur le registre de la parodie, les pétroliques anonymes décrivent leur dépendance à la substance et à ses dérivés. Le message provoc incite à connaître les enjeux énergétiques et à agir : j’observe les campagnes de Greenpeace et la révolution militante de Pascal Husting avec de plus en plus d’intérêt.

Revue De Presse # Les Images De Copenhague

En voyant l’image de Raphaëlle hier, je me suis rappelée le proverbe qui avait accompagné le cours passionnant d’Art et Politique : une image vaut mille mots. Plutôt que de faire une revue de presse des débats qui concernent la Conférence des Nations Unies pour le climat de Copenhague, voici donc un coup d’oeil sur deux campagnes qui sont à l’affiche actuellement.

Lire la suite