Slow Summer

L’été me donne l’impression que le temps s’étire et donne des possibilités infinies. Lentement, je regarde le jardin qui se développe – les orages de l’Ascension ont laissé une végétation plutôt bien en point pour ce début de juillet – les plants de tomate prospèrent, le basilic poivré souffre un poil de la chaleur, la vigne s’étire sur la tonnelle. Je prendrais bien quelques heures de lenteur culinaire pour préparer du coulis de tomate et des feuilles de vigne farcies. Ma, ceci est une invitation…

Ce petit iatus pour présenter une campagne du Petit Producteur, repérée dans les rayons des supermarchés et dans le magazine Brands de Monop. Une marque qui rassemble des produits locaux et de saison dont la photo et l’origine des producteurs sont des éléments centraux du packaging. Un effort considérable communication (site dédié avec rédactionnel et vidéos, blog, page Facebook) pour faire passer un message de bon sens, comme pour remplacer le contact privilégié avec le maraîcher du marché du coin qui ne fait pas payer le persil. C’est coloré, illustré, sympathique. Rien de tel qu’un arbre publicitaire comme celui-ci pour cacher la forêt de la réalité agricole française et européenne… Ce commentaire désabusé, non pour jeter les fraises avec l’eau de rinçage, mais pour inviter à regarder son petit producteur du marché de quartier plutôt que d’aller le chercher emballé de rouge chez Leclerc. Oh, j’ai hâte d’être samedi matin et d’avoir l’impression de changer le monde en remplissant mon panier de victuailles des environs.

Dans Les Rayons De Monoprix

Dans les rayons de Monoprix, on trouve de nombreux produits biologiques, verts, éthiques, locaux, traditionnels… chocolat Alter Eco, salade de tofu et lentilles bio, pain Poilâne, tapenade Marius BernardL’enseigne propose un bon éventail de références pour les CSP+ qui viennent chercher du frais, de la qualité et de l’achat responsable – un Plan A à petite échelle.

Au rayon frais, les smothies innocent se font remarquer par leur côté informel que l’on retrouve dans les pubs et les newsletters de la marque. La publicité sur lieu de vente fonctionne assez bien : différents types de smothies présentés autour d’une brochure rigolote. Tout l’argumentaire est là : « les fruits tout nus » (lire : des fruits mixés et du jus de fruit, rien d’autre), la joyeuse famille/tribu, la responsabilité sociale, le packaging recyclé et recyclable. Sauf que la marque a maintenant un actionnaire minoritaire qui pose la question de l’honnêteté d’innocent.

Autre PLS, à l’entrée du magasin et dans le rayon alimentation bébé. Autour d’un stand qui imite l’étalage d’un marché de village, une animatrice Nestlé présente la nouvelle gamme NaturNes. « Génération Nature », voilà le nouveau slogan qui fait appel aux parents en quête d’ingrédients naturels et de cuisson douce. Je demande quels sont ses avantages par rapport à une gamme bio. L’animatrice m’explique que le cahier des charges de NaturNes est beaucoup plus contraignant puisqu’il comprend davantage de contrôles que la production certifiée biologique. Son discours bien huilé est validé par le superviseur, également très courtois et convaincant, qui me laisse un échantillon et un carnet de réductions. Alors que l’Agence bio lance la dixième édition du Printemps Bio, l’argument vert se porte bien.