2015

L’année 2015 a commencé en mettant à l’ordre du jour de façon dramatique la question de la liberté d’expression et de la liberté de création. L’auteur de ce petit blog qui traite de publicité s’interroge forcément sur les limites de ces libertés… je vous invite à réfléchir sur les réclames Coca Cola life apparues sur nos écrans publicitaires au début de l’année. Je suis bien d’accord avec Céline : le greenwashing a de beaux jours devant lui, il nous incombe d’utiliser notre liberté dans notre consommation et nos achats. Une petite liberté peut-être qu’est celle de disposer de notre argent et de choisir un produit plutôt qu’un autre (un jus de fruit artisanal plutôt qu’un soda au goût sucré d’origine naturelle vendu à grand coup de campagnes rassurantes, au hasard), une liberté tout court. Bonne année 2015 !

On Prend Les Mêmes Et On Recommence

2014_05_21#1b

Je vous partage le coup de coeur de la semaine que j’ai nommé Biocoop. Merci à l’enseigne bio de m’avoir régalée quand j’attendais le bus où le tram ! Je n’étais pas sûre d’avoir bien lu. N’achetez pas de fraises en hiver ? N’achetez pas de cosmétiques qui ne sont pas bio ou naturels ? Je crois que seul Patagonia a communiqué de cette façon. Bien plus percutante que les précédentes, cette campagne ‘Achetons responsable’ détonne – merci Fred & Farid. Si vous voulez creuser la question, je vous conseille l’excellent Des fraises en hiver et autres besoins inutiles de notre alimentation de Claude-Marie Vadrot.

 

2014_05_21#1a

Hier, je faisais un bilan mitigé des évolutions qu’ont connus les messages peints en vert depuis cinq ans. Je m’étais fait la réflexion à plusieurs reprises que des publicités continuaient à s’afficher sans scrupule ni vergogne, comme si le phénomène de greenwashing n’avait fait que s’amplifier. Comme si cela plaisait à la réclame de prendre les mêmes pour mieux recommencer.

Lire la suite

Bonnes Fêtes Et Bonheur Pour Tous

De bonnes fêtes avec Coca-Cola, qui nous propose chaque année une variation autour de Noël. Dans cet opus, Du bonheur pour tous, Coca-Cola opte pour une rhétorique universelle sans le bonhomme tout de rouge vêtu mais avec une pincée de vert.

« Pour les petits et les grands, pour les costauds, les élégantes, les authentiques, à la maison ou en route, pour les pessimistes et les optimistes, pour ceux qui vous aiment un peu, beaucoup, passionnément, pour le gout unique, pour le rafraichissement intense, avec ou sans sucre, pour le plaisir sans calories, pour ceux qui veulent des produits fabriqués en France, plus respectueux de l’environnement, pour le sourire de nos millions de fans, pour vous, pour tous, pour toujours. »

C’est la magie de Noël sauce greenwashing. Bonne fin d’année et bonheur à chacun !

Bio, Business & Projet De Société

2012_12_16Je reprends le titre de l’ouvrage de Philippe Baqué (interview à lire sur Basta !) dont l’argumentaire devrait intéresser tout à la fois les partisans de l’agriculture bio, ceux qui consomment en grande surface, les avocats du tout bio et les pourfendeurs du greenwashing. Philippe Baqué met le doigt sur l’agriculture bio qui n’est biologique que par label et qui ne remet pas en cause ses modes de production et de distribution. Justifiant au passage une spécialisation des cultures, des fraises bio espagnoles qui nous arrivent en hiver, des conditions de travail loin de respecter nos idéaux et des coût cachés, notamment d’ordre logistique. Voilà du grain à moudre pour les tenants de la consommation conventionnelle qui voient dans les deux lettres AB un voile de fumée qui justifie un prix plus élevé qu’un produit classique. Et au fond, ils n’ont pas tort. Une réponse se trouve peut-être sur le marché local bio basé sur les circuits courts ?

Campagne Mini Babybel « 100% Naturel »

Interdit aux colorants

Interdit aux conservateurs

Interdit aux arômes artificiels

100 % naturel

Vu dans les pages de Closer : deux pages pour les Mini Babybel, avec l’un de ces petits fromages ronds transformé en panneau sans interdit rouge et blanc sur fond vert gazon (bonne idée, visuellement sympa). Je n’ai pas de faiblesse pour le fromage mais je ne refuse jamais une bonne raclette, du parmesan sur les pâtes et je retrouve avec bonheur le crémier du marché le samedi matin. Alors, forcément, quand je tombe sur la campagne Babybel, je ne peux y voir qu’un exemple flagrant de greenwashing. Pas besoin des explications du crémier pour comprendre que ce fromage n’a pas le naturel des spécialités régionales qui font la réputation de la gastronomie française.

Je me sens solidaire des amateurs de la fourme d’Yssingeaux, du picodon de la Drôme et de la brousse du Rove tout d’un coup… Belle journée à tous !