Campagne Nuxe « Crème Prodigieuse »

Entre la joaillerie de Victoire de Castellane, la création végétale Yves Rocher et les pétales prodigieux de Nuxe, le dénominateur commun du flower power. Le 3e volet de ce triptyque printanier se veut tout aussi précieux que le premier et résolument plus haut de gamme que le second. Au-delà du bain de pétales de rose (classique mais tellement bon), la recherche sémantique autour du nom Crème Prodigieuse est aboutie. La fleur devient joyau.

Le luxe se dissout dans la nature ; le pouvoir des fleurs est synonyme de richesse et végétal de précieux : quel contraste avec la réalité de la vie rurale développée dans « Labour de la patrie » par Christophe Barbier dans son éditorial du numéro de L’Express d’hier… Cette chronique est pourtant à mettre en parallèle avec le langage publicitaire de la réclame Nuxe. Publicité et politique ne sont pas deux mondes aux existences parallèles : elles ont les mêmes ressorts, l’image et le verbe. Je fais le grand écart entre des cosmétiques et la question de l’agriculture et des campagnes françaises, mais la nature est bien au coeur de leurs discours. L’expression beauté par nature d’une marque de soins pour la peau n’égale évidemment pas le retour au vert des néoruraux. Qu’importe, la réflexion part de ces instantanés et d’associations improbables glanées çà et là, pour, au bout du compte,  ne plus voir de la même façon le pouvoir des fleurs.

Publicités

Couleurs Nature D’Yves Rocher Tout En Nuances (Végétales)

Vu dans L’Express Styles du 9 février : un encart de 8 pages pour la gamme de maquillage Couleurs nature d’Yves Rocher qui rejoint mes carnets d’images à la suite du Pouvoir des Fleurs.

Trois visuels floraux en corail, rose poudré et noir, détonnent au milieu d’une belle série de mode en noir et blanc avec Catarina Murino. Belle réalisation qui met en image la signature ‘Créateur de la cosmétique végétale’ et qui contraste avec le site internet axé plus sur le commercial – présentation des produits et vente en ligne – que la création visuelle. Yves Rocher continue sa transformation, autant du point de vue des méthodes de production que dans ses choix de communication. ‘Plaisirs nature‘, ‘nuancier végétal‘, le lifting sémantique se fait, saison après saison, quitte à désoler les défenseurs du bio, résolument sur le créneau nature. Suffisamment tout public pour ne pas perdre le capital notoriété, avec une touche de naturel pour satisfaire les consommateurs attentifs au discours écolo, sans pour autant réellement marcher sur les plates bandes de la cosmétique bio qui est sur un tout autre niveau d’exigences, ni tomber dans les promesses intenables du greenwashing. La communication écofriendly, qu’elle soit celle d’un leader des soins cosmétiques ou d’une petit qui se fait une place au soleil, se doit d’être tout en nuances.